Contact

APRUSI

7 rue Parmentier

54270 Essey Lès Nancy

Tél 03 54 00 20 21

  • Black Facebook Icon
  • Black Twitter Icon
  • Black Instagram Icon
  • Black YouTube Icon
  • Black Google+ Icon
  • Gris Icône YouTube
  • LinkedIn Social Icône
  • Twitter Social Icon

© 2019 by APRUSI

ProPOSITIONS DE L'APRUSI
pour Fluidifier LA PRISE EN CHARGE deS soins non programmés

Pour compléter le rapport du Dr Thomas Mesnier, l'APRUSI propose d'aller plus loin dans la prise en charge des soins non programmés ou urgences relatives. 

Objectif:  " Réaliser le bon soin, au bon endroit, par le bon professionnel, au coût le plus juste "

 

1. Création de Centre de Soins Non programmés Indépendants (CSNPI) dans l'ensemble des Métropoles et villes de plus de 150 000 habitants, travaillant en partenariat avec la médecine générale de ville pour les cas les plus complexes sans risque vital. Ces centres peuvent émerger de la transformation d'anciennes structures d'urgences à faible fréquentation. Cette création est la réponse adaptée à la chute rapide de la capacité de prise en charge de ces patients en médecine de ville et non sa cause. 

2. Exercice mixte "Urgentiste - Généraliste" au sein des CSNPI permettant un partage de connaissances, un élargissement des réseaux de soins et une sécurisation des flux.

3. Création d'un modificateur spécifique ou financement FIR pour les CSNPI afin de compenser les frais élevés de matériel, personnels administratifs et IDE

4. Autorisation pour les Praticiens hospitaliers urgentistes à exercer, en complément de leur temps de travail pour les temps complets, dans des centres de soins non programmés indépendants. Cette mesure offre plusieurs avantages: 

  • Transmissions et partage de compétences entre les structures  

  • meilleure connaissance et donc collaboration des structures d'urgences et de soins non programmés  

  • évolution de carrières des urgentistes 

 

5. Incitation financièrement pour les plages de consultations sans RDV des médecins libéraux généralistes. 

 

6. Rattrapage du manque à gagner en ATU et FAU des Services d'urgences  par une valorisation financière des appels au C15 pour lesquels une orientation vers une structure de soins non programmés est décidée. (mesurable grâce à un numéro d'accès donné par la régulation puis validé et remonté par les centres de soins non programmés). Cette mesure encouragerait la régulation à ne plus orienter systématiquement les patients vers les services urgences (ex : traumatologie).

 

7. Pour les déserts médicaux:  inciter l'ensemble des médecins à exercer, à conditions fiscales avantageuses, dans un centre de soins multi disciplinaire de campagne, à hauteur de 2 à 4 journées par mois. ( ex: Exonération des charges, locaux et matériel mis à disposition par la commune, honoraires non imposables, etc...) en l'attente d'un développement correct et sécurisé des téléconsultations.

8. Préférence pour la mise en place d'un numéro spécifique pour les urgences relatives et Soins non programmés.qui pourrait être le 116-117. Cette mise en place doit être accompagné d'une campagne massive et locale d'information sur le rôle de ce numéro ainsi que les structures pouvant accueillir les patients en demande de soins non programmés.